Vampire Academy 5 - Lien de l'esprit

Résumé : Son périple russe derrière elle, Rose est de retour à St Vladimir pour son examen final. Fin d'une ère, début d'une autre, et pourtant Rose a l'esprit ailleurs. Elle ne songe qu'à une chose : retrouver Dimitri, le vrai Dimitri.

Mon avis perso : Cinquième tome au compteur pour une série toujours aussi agréable à suivre. Richelle Mead nous ressort les ingrédients qui ont fait la popularité de son Vampire Academy. Rose traverse ses nouvelles aventures avec son inoxydable et bienvenu sens de l'humour. Lissa gagne en force (et en influence, on s'approche du rang qu'elle est censée occuper). Aucune lassitude et toujours beaucoup de plaisir, surtout dans la première moitié.

Le tempo y est plutôt soutenu. Les personnages se lancent dans une opération risquée, faisant grimper d'un cran le suspens autour de leur sort. On le sait depuis le tome 2, personne n'est vraiment à l'abris des balles. Après s'être attachés au petit groupe pendant quatre tome, on n'est jamais trop rassurés à les voir en situation de plus en plus périlleuse. Bref, tout s'enchaine très vite, c'est très bien, mais le dénouement arrive trop tôt. En milieu de tome pour être plus précise.

Du coup la suite est clairement plombée par certaines longueurs. Les choses ne bougent presque plus... Le relationnel prend le pas sur l'action. Ce n'est pas un défaut en soi, c'est juste que ce type précis de relationnel (lisez le tome 5 si vous ne comprenez rien à ce que je raconte), c'est pas tip top. C'en est même frustrant de déjà-vu et d'inertie... Une sorte de passage obligé, certes nécessaire à l'intrigue (on s'imagine mal que tout aille bien en deux jours), mais lourdé de stéréotype.

Ce n'est pas insupportable non plus ! Je pense même que ça emballera même beaucoup d'entre vous. C'est juste que moi, l'amour impossible, ça me gave un poil (quand je pense que j'avais déjà du mal entre Buffy et Angel XD). Je ne suis quand même pas morte d'ennui non plus :D ! Les qualités des personnages contre-balancent ces aspects négatifs. Et puis, autre point positif, on touche pas mal au côté politique des Moroïs. Le temps du lycée est derrière nous, bienvenue dans le monde des adultes. Les codes y sont plus complexes et intéressants à décrypter.

La fin relance le récit directement sur le sixième et dernier tome. Plutôt imprévisible, carrément bienvenue, on se lancera avec avidité sur l'opus suivant.

Ma note perso : 16/20, un bouquin qui se lit toujours aussi bien malgré un rythme mal réparti et une histoire d'amour un peu frustrante de déjà-vu. Quand on se dit que c'est bientôt fini, on ne peut s'empêcher de se sentir un peu triste.

L'après-critique : Au prochain !