ACH003013981

Résumé : Le monde tel que nous le connaissons, n'est plus. Makepeace a observé son lent déclin et survit dans la ville glacée que les siens ont jadis habitée. Le shérif vit dans une tranquille monotonie, jusqu'au jour où il découvre un avion. Ce vestige du passé lui semble être la preuve que quelque part, l'humanité a retrouvé sa splendeur passée.

Mon avis perso : Prix de l'Inaperçu tristement mérité (parce qu'un prix c'est bien, mais c'est dommage qu'il soit justement passé inaperçu à sa sortie !), Au Nord du Monde n'est pas un roman extraordinaire ou plein de surprises comme on peut le lire ailleurs, mais juste un joli roman, et c'est déjà pas mal !

Le début était plein de promesses. Le style de l'auteur est très agréable à suivre. Il disperse ici et là de petits retournements de situation bien pensés qui viennent titiller la curiosité du lecteur. Du coup on se dit, wao, si c'est comme ça pendant tout le livre, ça va être excellent ! Le problème, c'est que ça ne l'est pas.

On suit le parcours (initiatique) de Makepeace un peu comme si on se retrouvait accroché à ses bottes. Ca n'a rien de désagréable, loin de là. La richesse du personnage est très bien exploitée via ses multiples facettes, représentant la plus grande qualité du bouquin. C'est juste qu'on se sent un poil passif après avoir été délicatement secoués dans les premiers chapitres. L'intrigue n'est pas franchement palpitante.

Theroux dépeint cet univers post-apo avec beaucoup de finesse. Certaines scènes sont assez grandioses malgré leur sobriété affichée. Sous sa plume, la dévastation revêt une aura presque mystique, assurément poétique. La fragilité de nos civilisations est ainsi joliment évoquée.

Makepeace évolue dans ces décors souvent vides pour mieux se trouver. Entre ses souvenirs et ses péripéties semble se cacher sa clef de vie. Le tour de force de l'auteur, c'est de faire exister son personnage au delà des yeux du lecteur. Makepeace est difficilement cernable... jusqu'aux dernières pages. C'est tout en retenue, tout en intimité, et de ce côté-là, c'est très réussi.

Ma note perso : 15/20, une ambiance qui évoque celle de La Route, mais avec un peu plus de vie. Makespeace, un personnage que je n'oublierai pas, Marcel Theroux, un auteur que je suivrai !

L'après-critique : Il s'agit du premier roman publié chez nous les francophones mais pour Marcel Theroux, Far North est son quatrième roman. L'auteur vient d'une famille prolifique en écrivains et journalistes !