29 janvier 2012

Black Swan - Darren Aronofsky

blackswan

Synopsis : Nina Sayers est une danseuse de ballet qui rêve d'atteindre la perfection en terme de technicité. Pour ce faire et soutenue par sa mère, elle-même ancienne danseuse, elle consacre sa vie à son art. Lorsque sa compagnie décide de jouer "Le Lac des Cygnes" de Tchaïkovsky, elle vise évidemment le rôle principal. Mais pour jouer un personnage aussi ambigu, elle va devoir laisser s'exprimer une facette refoulée de sa personnalité.

Mon avis perso : Quelle pure tranche de plaisir ! Darren Aronofsky nous offre ici un pur objet d'art mélangeant la grâce de la danse classique, la puissance musicale de Tchaïkovsky et la fluidité de sa caméra.

L'immersion dans le monde du ballet est peu habituelle dans le monde du cinéma et offre au film une bouffée de nouveauté et d'originalité qui sortent d'office Black Swan du lot. Lancé sur cette bonne idée, Aronofksy transforme l'essai en l'imprégnant de deux thèmes passionnants (et qui lui sont chers) : la quête de la perfection et la folie qui en découle.

La scène d'introduction est un bon exemple de la qualité visuelle de l'ensemble du film. Le réalisateur joue avec la lumière tandis que sa caméra danse véritablement autour de Nathalie Portman. La chorégraphie est magnifique.

La lente descente aux enfers de Nina est fascinante (non, je ne suis pas sadique). Aronofksy joue d'abord avec les détails, puis avec les images et les faux semblants, et finit par atteindre le point de non retour. La réalité et l'illusion se fondent l'une dans l'autre. On dirait presque deux danseurs qui s'observent, s'affrontent et se dominent tour à tour.

Impossible de passer sous silence la prestation mémorable de Nathalie Portman. Outre les diverses polémiques concernant le nombre exact de scènes où elle danse vraiment, elle dévoile l'étendue de son talent via ce personnage qui se voit couler toujours un peu plus, et surtout à chaque apparition de l'Autre. Deux personnages dans une actrice, éloignés et en même temps si proches, elle mérite sincèrement son oscar. Mila Kunis et Barbara Hershey portent elles-aussi de très bons seconds rôles.

Le film se clôt dans une vingtaine de minutes d'apotéose de musicalité et de folie. On en ressort soufflés.

Ma note perso : 19,5/20, une caméra qui danse autour de la réalité et de l'illusion, le tout sur fond de Tchaïkovsky. Un pur délice.

L'après-critique : Il y a un paquet d'anecdotes intéressantes à propos de Black Swan, j'en ai juste sélectionné deux. La première concerne "Le Lac des Cygnes" dont l'histoire fait écho à l'homosexualité de Tchaïkovsky (Siegfried et lui-même ne peuvent aimer les femmes, l'un à cause de la pureté du cygne blanc, l'autre parce que ce n'est tout simplement pas dans sa nature). La deuxième, moins pertinente et plus people, concerne elle-aussi le rôle du prince et plus précisément l'acteur qui l'interprête : Benjamin Millepied, chorégraphe du film et actuel fiancé de Nathalie Portman (père de son enfant).

Posté par Nefertari808 à 01:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Black Swan - Darren Aronofsky

Nouveau commentaire