attrapecoeurs

Résumé : Holden Caulfield est lycéen dans un internat de bonne réputation. Ses mauvaises le conduisent au renvoi, il quittera définitivement cet établissement dans quelques jours, au moment de rentrer chez ses parents pour les vacances de Noël. Il décide de partir plus tôt que prévu et profite de ces jours pour errer seul dans le New York des années 50.

Mon avis perso : Acheté avec pour seul souci de parfaire ma culture G, ce bouquin a végété pendant ma PAL pendant de nombreuses années ! Vous noterez au passage que mon culturage se fait assez lentement *0* ! Bref, le temps était venu pour l'attrape-coeurs de sortir des tréfonds de ma bibliothèque. Je m'y suis mise en trainant un peu des pieds. Je n'aime pas beaucoup ce genre de personnages. Les ado idéalistes ne sont pas DU TOUT ma tasse de thé. J'ai par exemple vomi Into the Wild (c'est peut-être un terme un peu fort, mais l'idée y est !).

J'ai trouvé ce roman absolument magnifique.

Le style très parlé (un soupçon vulgaire) est un mal pour un bien. Un mal qui a retardé mon immersion dans l'intrigue mais aussi et surtout un bien qui m'a permise d'entrer parfaite en osmose avec Holden. C'est un personnage très touchant. Au delà de son individualité, il incarne avec beaucoup de justesse l'Adolescence avec un grand A, marginale et paumée.

Le jeune homme observe le monde qui l'entoure d'un regard circonspect. Il ne se retrouve pas dans ces valeurs qu'on semble lui imposer. Il s'horrifie de l'hypocrisie, de la méchanceté ambiante, et ne trouve réconfort et bien-être qu'en compagnie d'enfants. C'est un Peter Pan qui se voit projeté dans le monde des adultes et donnerait tout pour retrouver son enfance.

Ses différentes rencontres donnent lieu à des discussions courtes mais intenses. Pareil pour ses souvenirs. Il y a toujours ce sens du détail qui rend le tout vivant et presque palpable.

Beaucoup de mélancolie et d'innocence pour un roman sans fausse-note.

Ma note perso : 17/20, 'tention, j'enfonce une porte ouverte, un des plus beaux romans sur l'adolescence.

L'après-critique : Il existe deux traduction françaises de l'Attrape-coeurs : celle de l'édition Pocket et celle de l'édition Livre de Poche et Pavillons. La deuxième a été écrite par Jean-Baptiste Rossi (alias Sébastien Japrisot) alors âgé de 22 ans et félicité par Salinger lui-même pour la justesse de son travail. Evidemment, j'ai lu l'autre version :).

**

Et sinon : BONNE ANNEE à vous chers lecteurs !! Laissez tomber les bonnes résolutions, remplissez à fond vos piles à livres au lieu de mettre de côté, flânez dans les bouquineries au lieu de courir, ne vous privez pas d'un petit verre de blanc le soir, un bon bouquin sur les genoux tout en écoutant la dernière perle indie du moment. On sera raisonables plus tard ;) !