gone1

Résumé : La vie est douce est à Perdido Beach jusqu'à ce qu'un jour, tous les plus de quinze disparaissent sans laisser de trace ! En une fraction de seconde, ce sont près de 300 enfants qui se retrouvent seuls. Ils doivent au mieux gérer la nourriture, l'ordre, la surveillance des plus petits, et surtout, leur défense. Sam, 14 ans, se retrouve malgré lui à la tête de toutes ses responsabilités tandis que le mystère concernant la disparition des adultes se complexifie de plus en plus.

Mon avis perso : D'habitude et concernant les sagas, je préfère donner mon avis sur l'ensemble des livres. Mais dans le cas de Gone (comme dans celui des Chroniques de la fin du monde), la série est toujours en cours de publication (le tome 4 sort d'ici peu) et semble se projeter sur 6 opus ! Je donnerai donc mon avis bouquin par bouquin.

Le tout début de ce premier tome m'a vraiment fait peur. L'intrigue est lancée en très très peu de pages et cette absence d'introduction m'a donné une impression un peu brouillonne. Toujours de l'action, très peu de moments de véritables réflexion, le ton de tout cet opus est donc donné d'entrée de jeu. Paradoxalement, ce qui m'a semblé le point faible de ces premières pages, est devenu le point fort du reste de l'histoire.

Le rythme est donc particulièrement soutenu, il n'y a presque pas de temps mort, juste du suspens, de l'action, du sentiment ! Gone m'a agréablement surprise de par la complexification progressive de son univers mystérieux. De nombreuses ramifications touchent ainsi directement les personnages principaux et certaines questions trouvent déjà leur réponse (attisant ainsi ma curiosité sur d'autres points encore obscurs). L'auteur sait où il va, c'est un bon point.

Les personnages sont un poil caricaturaux, les méchants sont méchants/charismatiques, les gentils sont gentils/en proix au doute, les enfants sont des enfants/gamins... Néanmoins, j'ai l'impression que ce manichéisme se dissipe un poil dès le tome 2 (dans lequel je suis actuellement plongée). Notons ici un point fondamental de Gone : OUI, Dianna est cool :D !

Ma note perso : 13,5/20, pas mal du tout, une intrigue fluide et pleine d'action fait oublier les quelques points noirs typiques des romans jeunesse. Il ne s'agit cependant que d'un premier tome sur six de prévus, les améliorations sont tout à fait envisageables. En tout cas, je serai au rendez-vous !

L'après-critique : Michael Grant est le mari de... de... K. A. Applegate ! La reine de mon enfance ! Auteur de la fameuse saga des Animorphs (que je songe à peut-être finir un des quatre) ! Sinon, concernant la publication originale, si le tome 1 s'appelle Gone, le tome 2 s'appelle Hunger (et pas Gone T2, la faim). Je sais, ce n'est qu'un détail, mais je trouve ça dommage que l'éditeur n'ait pas gardé ces titres.